Sauvetage Shar Pei France 11 place Xavier DE MAÎSTRE 14140 LIVAROT

Association de Sauvetage, protection et replacement des chiens de race Shar Pei
 
AccueilS'enregistrerConnexionContact

Partagez | 
 

 Comment dire "Non" à son chien, comment ne pas le punir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anoï
Admin
Admin


Messages : 1468
Date d'inscription : 20/12/2013
Age : 41
Localisation : Sud Ouest

MessageSujet: Comment dire "Non" à son chien, comment ne pas le punir   Ven 3 Jan 2014 - 16:46

"Comment dire NON à son chien ?"

"Bien souvent on lis que le chiot ou le chien connait le « non ». Qu’est ce que cela veut dire ? Le « non » est-il bien employé ? La volonté du maitre est de signifier à son chien qu’il fait quelque chose de mal, de pas voulu ou de dangereux.
Il est donc souvent dit que l’apprentissage du « non » doit se faire très rapidement. Mais a-t’on indiqué au chien ou au chiot ce qu’on attend de lui ?

Je m’explique avec un exemple concret, mon chiot mordille le tapis alors je lui cris dessus avec une grosse voix et un NON ! très sec. Le chiot comprend que je suis fâchée alors il arrête ce qu’il fait mais 5 minutes plus tard il recommence. On pense alors qu’il se fiche de nous donc on reproduit le processus et le chiot s’arrête de nouveau. Mais il recommence 10 minutes plus tard. C’est un cercle sans fin !
Le chiot à des besoins, mordiller par exemple, qu’il doit assouvir et qu’il ne sait pas comment assouvir. Le tapis semble un bon objet à mordiller alors il en fait les frais. En aucun cas ici j’ai indiqué à mon chiot ou chien ce que j’attendais de lui. Je lui dit que je n’aime pas ce qu’il fait mais je ne lui dit pas ce qu’il devrait faire.

Soyez toujours positifs ! C’est un état d’esprit. Amenez toujours votre chien vers la réussite !!

Votre chiot tire les fils du tapis,
et bien indiquez lui que vous n’êtes pas d’accord et proposez lui un jouet à la place.
J’utilise souvent un petit bruit pour leur signifier que je n’apprécie pas ce qu’il font, ça me sert de « non ».
Quoi que je dise ou fasse, je leur propose systématiquement le bon comportement que je souhaite qu’ils adoptent.
Le chiot comprend qu’il n’a pas le droit de détruire le tapis mais il comprend aussi et surtout que son os est là pour ça.
Il n’est pas frustré et saisit rapidement que quand il s’en prend aux meubles je ne suis pas contente alors que quand il prend son os je suis contente !
Nous avons tendance à toujours souligner les mauvais comportements mais pas assez récompenser les bons.
Quand votre chiot mâche son os, félicitez le, qu’il comprenne qu’il fait quelque chose de bien."

Source: Primitif Addict

--------------------------------------------------------------

Allons plus loin en passant en revue les punitions "classiques", ce qu'elles signifient réellement pour le chien et comment punir de manière "constructive et non violente":

"De nombreux particuliers, éleveurs, de même que certains éducateurs canins voire même vétérinaires conseillent à leurs clients de punir physiquement leur chien afin de rester le « chef de meute ». Ils dispensent ainsi divers conseils, diverses méthodes de punition en se basant sur des théories issues d'anciennes études sur le comportement du loup aujourd'hui plus que fortement remises en cause dans leur application possible aux relation homme-animal.

Sans s'étendre sur le mythe de la domination, et sur les observations basée sur de récentes études qui établissent des différences fondamentales entre chien et loup, il est cependant essentiel de savoir que certaines de ces pratiques ont des effets néfastes, souvent même catastrophiques, tant pour les chiens que pour les humains. Au mieux, elles instaurent un climat de défiance, au pire elles conduisent à l'euthanasie en passant par toutes les étapes de la mise en place d'un cercle vicieux dont il devient très difficile de sortir.

Entendons-nous bien aussi : une punition, unique, appliquée dans le timing exact, proportionnée à la « faute », stoppée au moindre signal « accusé de réception » même infime, envoyé par le chien est une méthode d'éducation tout à fait recevable et oui, qui peut fonctionner mais il faut alors maîtriser énormément de paramètres qui nous échappent trop souvent : le risque est bien plus important que le taux de réussite.

Dans cet article, je voulais donc revenir sur une liste non exhaustive de ces punitions, considérées à juste titre comme des agressions par le chien, afin de rétablir certaines vérités et peut être d'éviter de futurs accidents.

Secouer un chien par la peau du cou :

Pour ceux qui le conseillent, ils vous diront que c'est ainsi que la mère chien punit ses chiots, comme le fait également la louve. Ceci est faux : jamais une chienne ne secoue ses petits par la peau du cou ; ceci est synonyme en langage canin de mise à mort d'une proie. En punissant ainsi le chien, non seulement vous mettez votre chien en danger physiquement (lésions des cervicales) mais aussi psychiquement (chien craintif, chien agressif, perte de confiance en l'humain …).

Retourner un chien sur le dos :

Là encore, ce conseil est basé sur les premières études des meutes de loups, afin d'asseoir son autorité sur le chien, montrer que l'homme est « l'alpha », le « chef de meute ». Depuis heureusement, il a été établi par des observations scientifiques plus poussées que ces interprétations étaient erronées. Que ce soit lors d'une bagarre, ou simplement lors d'une phase d'observation, le loup de rang supérieur ne soumet pas le loup de rang inférieur : ce dernier se soumet de lui-même, en se tournant de sur le dos afin de montrer sa « soumission » au loup de rang supérieur.
En aucun cas, la soumission n'est forcée, elle est toujours volontaire, c'est cela qui force le respect.
Un humain qui retourne un chien sur le dos ne sera pas considéré par ce dernier comme étant son « dominant » car cela ne fait pas partie du langage canin ; il sera au mieux considéré comme un bipède despotique.
De plus jusqu'à 4 à 5 mois, ce comportement est totalement incompréhensible pour le chiot qui dispose d'une « licence bébé » auprès des adultes.

Mettre la truffe du chien dans ses excréments :
Ceci a été établi par l'homme, sans aucun contexte scientifique. A l'époque, il pensait qu'en procédant ainsi, le chien comprendrait qu'il ne devait ni uriner, ni déféquer à l'intérieur de la maison. Mais à l'inverse, une telle action provoque chez le chien une très forte anxiété, à tel point que la plupart du temps, il se met à manger ses propres excréments, ou bien à faire dans des recoins de la maison à l'abri du regard des humains, car il traduit par « on ne fait pas devant l'humain » ou « ceci doit disparaître »; mais en aucun cas une telle action n'apprend au chien la propreté.

Lever un chien face à soi en le serrant par le cou :
J'ai vu ce type d'action plusieurs fois. Là non plus, aucune observation scientifique, si ancienne soit elle, n'a jamais décrit une telle punition comme étant propre au loup.
Il s'agit d'une punition purement humaine, presque comme le ferait certains humains envers d'autres humains, sous un accès de violence.
C'est de loin à mes yeux l'attitude la plus dangereuse, tant pour le chien que pour l'humain ; l'étranglement chez le chien, levé ainsi en position droite, aura des conséquences catastrophiques sur son cou, ses cervicales, le reste de son ossature ; il se sentira physiquement menacé, et cela fera à terme de lui un chien craintif, ou extrêmement agressif pour les sujets les plus sensibles et les plus caractériels.
Quant à l'homme, le danger réside dans la morsure : un chien, lorsqu'il est agressé et n'a plus aucun autre moyen (signaux ignorés, grognements réprimés), se défend en mordant ; en levant ainsi son chien par le cou, en lui criant dessus, l'homme va déclencher un stress très fort chez le chien ; pour peu que celui-ci soit dans une phase d'excitation intense (favorisée par la présence d'un autre chien, d'une situation inconnue ou estimée dangereuse), le chien pourra se secouer vigoureusement afin d'échapper à l'étreinte de l'homme et se défendre en attaquant directement le visage de ce dernier.
Avec un chien de moyenne ou grande race, les dégâts peuvent alors très vite s'avérer énormes.

Mordre l'oreille :
Cette punition est très souvent entendue dans le mushing (activités des mushers et chiens de traîneaux). Pour autant, elle n'a aucune valeur dans le langage canin : que vous mordiez l'oreille, la joue, le cou le jarret ou n'importe quelle partie du corps de votre chien, il ressentira cela comme une agression (un chien normalement constitué prévient toujours avant de passer à une telle extrémité qu'est la morsure… mais pas l'humain ?!), pas comme une volonté de dominer. Et là encore, la dangerosité de cet acte est facile à déceler : la proximité du visage de l'homme et de la gueule du chien … il suffit que ce dernier se retourne pour ne faire qu'une bouchée de votre nez !

Frapper à coups de poings et de pieds :
Certains osent conseiller cela car il faut répondre à la bestialité par la bestialité ! Là encore, à part rendre le chien ultra craintif ou ultra agressif, quelles véritables conséquences ?
Le risque pour l'homme de se faire mordre également et de perdre de manière définitive la confiance de son chien.
Le chien arrêtera sans doute le comportement gênant sur le coup , afin de faire cesser ces agressions … Mais pour autant, il n'aura aucun respect vis-à-vis de l'humain qui lui aura infligé de tels châtiments.
D'ailleurs, justifier de telles violences reviendrait à accorder que l'on puisse frapper un chat, un lapin ou n'importe quel être vivant, qu'il soit à 4 pattes ou à 2 pattes.
Qui plus est, si vous stoppez un comportement gênant sans en traiter l'origine, un nouveau comportement peut-être plus gênant encore pour vous apparaitra.

Seuls les chiens qui n'ont pas confiance en eux cherchent à dominer les autres par des démonstrations de force. L'humain, en se conduisant ainsi et en infligeant des punitions corporelles ou des contraintes physiques à leur chien ne se positionnent pas en tant que leader sûr de lui ; c'est même l'inverse qui se produit.
Il est en effet plus aisé de frapper que de réfléchir ; pourtant, c'est également plus dangereux, tant pour l'homme que pour le chien, et inefficace en apprentissage. Un chien apprendra mieux par la motivation que par la punition.


La violence est l'apanage des faibles.


Punir un mauvais comportement est pour autant tout à fait possible :

- en enlevant quelque chose d'agréable :
Ex. Votre chien vous mordille un peu trop fort lors d'un jeu : stoppez le jeu, quittez la pièce sans un regard & fermez la porte derrière vous pour qu'il ne puisse pas vous suivre, etc
- en détournant son comportement sur un comportement qui, pour vous, est plus approprié :
Ex. votre chien aboie dans le jardin, appelez-le de l'intérieur sur un ton enjoué genre « j'ai trouvé un truc génial à faire ici, tu veux jouer avec moi ?.. Parce que non, moi, je ne viens pas aboyer dehors avec toi »


En un mot : montrez-vous intelligent !"

Auteurs de l'article: Céline Morin et Isabelle Barthes


________________________________________________________________________________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
 

Comment dire "Non" à son chien, comment ne pas le punir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Comment dire "Non" à son chien, comment ne pas le punir
» Comment dire :
» Attaque d'un chien comment reagir !!
» Comment dire ? ...Ce n'est pas à mon goût !
» Habitué à la nourriture sèche pour chien. Comment changer ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauvetage Shar Pei France 11 place Xavier DE MAÎSTRE 14140 LIVAROT  :: LES CONSEILS D'ANOÏ ::  "Les conseils d'Anoï" Comportement et bien être de vos plissés :: Education -